Menu

Tableaux électriques GTL

Évolutions de la norme NF C 15-100 depuis le 27 novembre 2015

Régulièrement mise à jour pour s’adapter aux dernières évolutions technologiques et exigences de sécurité, ainsi qu’aux besoins des usagers, la norme NF C 15-100 a été remaniée en 2015 et de nouvelles dispositions sont applicables depuis le 27 novembre.

 

L’ETEL et la Gaine technique de logement (GTL)

La notion d’Espace technique électrique du logement (ETEL) a été défini dans cette norme. Cet espace regroupe les réseaux de puissance et de communication à un seul endroit. Placé obligatoirement à l’intérieur du logement ou dans un local technique annexe (garage, par exemple), il est destiné à contenir la GTL. Cette dernière regroupe toutes les arrivées et les départs des circuits de puissance et des réseaux de communication. On y trouve au minimum le tableau électrique, le coffret de communication et le panneau de contrôle. L’ETEL et la GTL sont obligatoires dans tous les locaux d’habitation (individuels ou collectifs).

 

 

Le tableau électrique

Outre le compteur et le disjoncteur abonné devant être placés à 1,30 mètre du sol (pour des raisons d’accessibilité), le tableau électrique doit garantir trois systèmes de protection – une protection des circuits (disjoncteur), une protection des personnes (interrupteurs différentiels) et une protection contre la foudre (parafoudre). Il est également conseillé d’ajouter à votre installation un coffret de communication.

 

Principal changement depuis le 27 novembre 2015 : votre tableau électrique doit comporter 20 % d’emplacement libre représentant un minimum de 6 modules disponibles. Il s’agit de pouvoir répondre aux extensions futures, auparavant prévues dans l’individuel et maintenant étendues à l’ensemble des logements individuels et collectifs.

Les interrupteurs différentiels

La présence d’interrupteurs différentiels de sensibilité 30 mA est obligatoire pour tous les circuits. Depuis le 27 novembre 2015, leur intensité doit être :

 

soit supérieure ou égale au calibre du disjoncteur d’abonné,

soit supérieure ou égale à une fois la somme des intensités des disjoncteurs alimentant les circuits chauffage électrique, de chauffe-eau et de la prise recharge véhicule électrique + 0,5 fois la somme des intensités des disjoncteurs des autres circuits.

 

Autres évolutions imposées par la norme NF C 15-100 :

 

ne pas avoir plus de 8 circuits par interrupteur différentiel de façon à éviter les déclenchements intempestifs

répartir les circuits d’éclairage et des prises de courant sous au moins 2 interrupteurs différentiels, pour assurer une continuité de fonctionnement.